A

Appel

A

Résumé

Des études récentes indiquent que les différences dans la composition du virome intestinal sont des marqueurs de la maladie de Crohn (MC). De plus, on rapporte de plus en plus le rôle des vésicules membranaires sécrétées par le microbiote intestinal et par les cellules humaines dans cette maladie. Dans l’ensemble, il y a de bonnes indications que le type et le nombre de virus et de vésicules présents dans l’intestin sont des indicateurs de l’état physiologique des individus.

Cependant, une caractérisation approfondie de ces différences fait encore défaut, ce qui est en partie dû à d’importantes difficultés techniques : la très petite taille et la grande diversité des virus et des vésicules rendent leur numération et leur description très difficiles.

Pour améliorer cela, nous proposons de développer une approche innovante qui repose sur le couplage de la microscopie interférométrique (IM) et d’un canal de microscopie à fluorescence. L’IM quantifie et donne la distribution granulométrique de toutes les nanoparticules présentes dans des échantillons complexes, comme les selles, en quelques minutes et la microscopie à fluorescence permet de distinguer virus, vésicules procaryotes, et vésicules eucaryotes.

De plus, nous utiliserons un dispositif microfluidique pour enrichir/trier les particules virales en vue d’études génomiques ultérieures.

É

Équipes